C’est le constat auquel est parvenu PWC. Le cabinet d’étude a mené une enquête au niveau mondial : il en ressort que le premier problème des dirigeants est, encore et toujours, de dénicher les compétences. En France, 61% des répondants prévoient de recruter l’année prochaine. 

C’est un marronnier pour le secteur de la cybersécurité : la pénurie de talents. Il n’est une surprise pour personne que les entreprises ont du mal à recruter. Selon une étude de PWC, 3,5 millions de postes en cybersécurité resteront non pourvus dans le monde en 2021. Plus de la moitié des  dirigeants au niveau mondial prévoient d’embaucher du personnel de cybersécurité à plein temps durant l’année à venir, et plus de 22% déclarent qu’ils vont augmenter leurs effectifs d’au moins 5%. Dans l’Hexagone, 61% des entreprises interrogées prévoient d’augmenter leurs effectifs l’année prochaine. 

Une entreprise française sur deux va d’ailleurs augmenter l’enveloppe allouée à la cybersécurité en 2021 : les budgets cyber semblent être les grands gagnants de la crise sanitaire. Avec le recours massif au télétravail et l’accroissement de la surface de menaces en résultant, les entreprises ont pris conscience de l’intérêt d’avoir une stratégie en matière de sécurité de leurs systèmes d’informations, et, selon PwC, elles cherchent à rationaliser ces politiques grâce à l’automatisation des technologies.

Moins de techno, plus d’organisation

Mais la réponse aux attaques semble aujourd’hui moins technologique qu’organisationnelle. Pour Jean-Bernard Rambaud, Associé au sein du pôle Cyber Intelligence chez PwC France et Maghreb, sous l’effet de la Covid-19, les entreprises ont repensé leurs stratégie et, “désormais moins axés sur les technologies, les responsables cybersécurité travaillent davantage en collaboration avec les équipes métiers, ce qui renforce la résilience de l’organisation dans son ensemble. La cybersécurité est une thématique de plus en plus abordée dans toutes les décisions métiers de l’entreprise”.

Conséquence : la moitié des entreprises sont davantage disposées à mettre de la cyber dans chacune de leurs décisions opérationnelles. Elles n’étaient qu’un quart l’an dernier. De même, 51% des dirigeants interrogés veulent davantage échanger de manière fréquente avec leur responsable de la sécurité des systèmes informatiques. Côté français, 40% des répondants observent que la crise sanitaire a intensifié les interactions entre les équipes de sécurité et les dirigeants ou les conseils d’administration. Bilan de ce “shift” organisationnel, les trois quarts des entreprises considèrent avoir progressé dans leur manière de répondre aux incidents. 

3,5 millions d’emplois non pourvus dans la cybersécurité au niveau mondial en 2021